Collongessous-Salève

INTRANET

Risque élevé d’Influenza aviaire hautement pathogène

Depuis la confirmation du premier cas positif au virus influenza aviaire hautement pathogène de sous-type H5N8 dans l’avifaune sauvage (le 23 octobre aux Pays-Bas), le nombre de cas dans la faune sauvage ne cesse de croitre en Europe (Pays-Bas, Allemagne, Royaume-Uni). Au vu de cette situation fortement évolutive indiquant une dynamique d’infection aux virus IAHP liée à la faune sauvage migratrice située dans un couloir actif de migration qui traverse la France, le Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation a décidé, après concertation avec l’ensemble des opérateurs des filières concernées et de la Fédération nationale des chasseurs, de relever le niveau de risque de “modéré” à “élevé” dans les départements situés dans les deux principaux couloirs migratoires traversant le territoire.

L’ensemble des communes de la Haute-Savoie est donc dorénavant concerné par les mesures induites par le niveau de risque « élevé » :
– la claustration des volailles ou protection de celles-ci par un filet avec réduction des parcours extérieurs ;
– l’interdiction de l’organisation de rassemblements et la participation des volailles originaires des zones concernées dans les zones au risque « négligeable » ;
– l’interdiction de transport et de lâcher de gibiers à plumes ;
– l’interdiction de l’utilisation d’appelants ;
– la surveillance clinique quotidienne dans les élevages commerciaux et non commerciaux ;
– l’interdiction des compétitions de pigeons voyageurs au départ ou à l’arrivée de la France ;
– la vaccination obligatoire dans les zoos pour les oiseaux ne pouvant être confinés ou protégés sous filet.

Ces mesures de prévention ont pour but de protéger les volailles domestiques d’une potentielle contamination qui aurait des conséquences désastreuses pour les échanges et exportations d’animaux vivants et de viandes de volailles.

La direction départementale de la protection des populations fera parvenir sous peu à chaque éleveur déclaré (plus de 250 volailles) ainsi qu’à chaque établissements d’abattage non agréé ou commercialisant des œufs, un courrier d’information sur ces différentes mesures.

Quant aux petits détenteurs (moins de 250 volailles), ils doivent obligatoirement se déclarer en Mairie.
A cet effet, voici les documents nécessaires afin de régulariser leur situation :
– le communiqué de presse du Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation ;
– les mesures de biosécurité renforcées qui sont à mettre en place pour limiter les risques de contamination ;
– le formulaire de déclaration de détention de volaille à remplir en ligne ou à télécharger.

Les vétérinaires (ou la DDPP) doivent également être immédiatement informés en cas de suspicion d’IAHP en élevage.

Le retour à un niveau de risque “modéré”, en l’absence de foyer ou de cas, pourrait intervenir en janvier, après la fin des migrations si le contexte sanitaire le permet.